Amortisseurs

Rappel des principes de base par Sébastien Léonard

Conseils :

  • Suivre les réglages de base, et ne s’en éloigner qu’avec précaution. Ne pas hésiter à y revenir si vous vous perdez.
  • En ajoutant ou en enlevant des cales de précontrainte de ressort d’amortisseur, on ne change pas la dureté du ressort mais la hauteur de la voiture (garde au sol) au repos. Celle-ci se mesure sur une table plate derrière la cellule avant et devant la cellule arrière, avec la voiture prête à rouler, réservoir plein. Enfoncez la voiture jusqu’au sol, laissez-la remonter d’elle-même et prenez les mesure à l’aide d’une règle.
  • Durcir l’huile lorsqu’il fait plus chaud et ramollir lorsqu’il fait plus froid.
  • Pour vérifier que l’équilibre de votre bolide est bon appuyez sur le différentiel central  jusqu’à coller le châssis sur la table. Votre voiture doit descendre en même temps devant et derrière.
  • La position des amortisseurs (points d’ancrage) influe sur le comportement de votre voiture mais aussi sur la dureté des suspensions. Il est donc nécessaire de compenser l’huile et le ressort pour ne pas tout changer.
  • Sur le triangle, plus l’amortisseur est prêt de la roue, plus il est nécessaire de ramollir.
  • Sur le support, plus l’amortisseur est couché, plus il faut durcir.

Pour gagner de l’accroche

  • sur les portions rapides, il faut utiliser des ressorts plus durs
  • Sur les portions lentes, il faut utiliser des ressorts  plus mous.
  • Pour être mieux amorti, préférez des ressorts plus mous et durcir l’hydraulique afin de survoler les trous pour sur des portions rapides, alors qu’il est préférable de ramollir sur les portions lentes afin d’absorber au mieux les inégalités de la piste.

 

Pour les pros

  • Suspensions qui fonctionnent bien = compromis entre le ressort, l’hydraulique, associé aux pistons, la position de l’amortisseur et la barre antiroulis. Tous ces paramètres doivent s’associer pour s’adapter aux conditions de la piste.
  • L’hydraulique sert à compenser le ressort et pas l’inverse (donc l’hydraulique doit être plus ferme avec un ressort plus dur et inversement avec un ressort plus mou).
  • Le type de piston (nombre de trous et diamètre) va faire varier la vitesse de passage de l’huile en fonction de la vitesse d’oscillation de l’amortisseur. Ce qui changera le comportement de votre bolide.
  • En mettant des gros trous dans le piston, l’amortissement sera amélioré alors qu’en mettant des pistons à petits trous, c’est le grip qui va être augmenté. Le nombre de trous dépendra essentiellement de leurs tailles afin de ne pas verrouiller sur les appuis.
  • La position de l’amortisseur fera varier la liaison avec la roue et la dureté différentielle de l’amortisseur, ce qui se traduit par des variations de grip, d’amortissement et de prise de roulis.